FullMetal Alchemist RPG v.6.0 - Novus Mundus


 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Kamui, L'orgueil Démesurée

Aller en bas 
AuteurMessage
Kamui Shiro
L'Orgueil
L'Orgueil
avatar

Nombre de messages : 1477
Age : 29
Date d'inscription : 09/08/2006

~ Informations - RPG
Argent: 1000
Métier: Homonculus Orgeuilleux
Un Message ?: Vous allez tous mourir MOUAHAHA *s'étouffe*

MessageSujet: Kamui, L'orgueil Démesurée   Mer 24 Déc - 22:19

Like a Star @ heaven Ma fiche

Nom: Shiro. Son nom est le seul élément administratif et civil que l'homonculus n'est pas oublié en 150 ans d'existence.

Prénom: Kamui est son ancien nom d'humain. D'habitude, les homonculus ont tendance à changer de prénoms mais, grâce à ses brides de souvenirs, il a put conserver le sien.

Âge (en apparence): 19 ans. Une mort plutôt jeune. Personne ne souhaite vraiment mourir à 19 ans dans des conditions plus injustifiées.

Avez vous de la famille? Famille ? Un terme bien assez vaste pour un homonculus. Né d'une transmutation humaine, il n'a plus revu sa famille après s'être débarrassé de la personne qui l'avait rendu ainsi.

Votre métier ou qualification: Malgré son charisme plus qu'imposant, Kamui est spécialisé dans le meurtre silencieux, un assassin stratège et habile à la solde des homonculus. Malgré ça, il n'hésite pas à se montrer à visage découvert et à recourir à toutes sortes de tromperies pour obtenir des informations, aussi insignifiantes soient-elles.

Pays d'origine : Kamui est originaire d'Amestris et connaît donc bien l'alchimie sous toutes ses formes. Sa connaissance lui est parfois d'un grand secours lors des combats.

Pays où vous habitez : Amestris est son lieu de prélédiction ou du moins, c'est dans ce pays que se trouve sa résidence, plus particulièrement Rizenbull. L'endroit où il passe la plupart de son temps est tenu secret aux yeux du public : le repaire des homonculus.

Quel est votre péché? L'orgueil. Se sentir au dessus des autres constitue le péché de Kamui. Il a confiance en sa force et son pouvoir, aussi bien de séduction que niveau puissance. Son assurance est énorme ce qui fait qu'il ne connaît pas la peur. Il profite de son immortalité pour se laisser totalement aller.

Quel est votre pouvoir? Kamui contrôle un pouvoir plutôt inattendu lorsque l'on connaît son péché. En effet, en tant qu'orgueilleux, on se serait attendu à un pouvoir dont il soit fier. Pourtant, le sort en a décidé autrement et lui a donner la possibilité de copier le pouvoir des autres. Ainsi, il est d'une certaine manière dépendant des gens qui l'entourent, réduisant son côté orgueilleux.
Son pouvoir est simple bien que plutôt complexe si on ne le comprend pas. Tout d'abord, il ne peut pas absorber plus de trois pouvoirs. S'il en absorbe un autre, celui qu'il maîtrisait jusqu'à maintenant est effacé et remplacé, comme copie de fichiers de même nom sur un ordinateur. Mais ses trois pouvoirs sont eux-mêmes limités. En effet, on peut distinguer dans le monde d'aujourd'hui trois races à pouvoir : homonculus, chimères et alchimistes. De ce fait, Kamui possède trois cavités distinctes dans son cerveau. Explication :
1er pouvoir : il concerne un pouvoir homonculus. Un pouvoir chimérique ou alchimique ne pourra jamais venir se copier à cet endroit. Il utilisera ce pouvoir comme bon lui semble, avec une maîtrise moindre que celui d'origine jusqu'à ce qu'il décide d'en obtenir un nouveau.
2ème pouvoir : il concerne un pouvoir chimérique. Un pouvoir homonculus ou alchimique ne pourra jamais venir se copier à cet endroit. En copiant une chimère, Kamui obtient ces facultés mais seulement les facultés améliorant le corps humain (ouïe ou odorat développé par exemple). En aucun cas, il ne prendra les facultés venant de l'animal (création de poison ou substances nocives par exemple).
3ème pouvoir : il concerne un pouvoir alchimique. Un pouvoir homonculus ou chimérique ne pourra jamais venir se copier à cet endroit. En copiant un alchimiste, Kazmui n'acquiert pas la capacité de faire de l'alchimie, bien au contraire. Il assimile juste le pouvoir d'utiliser l'élément de cet alchimiste à condition qu'il soit naturel (il ne peut pas copier le pouvoir des ténèbres mais peut copier le pouvoir de l'eau). En copiant ce pouvoir, cela peut se résumer au fait que Kamui contrôle l'eau.
Pour en venir au copiage, certaines conditions doivent êtres respectées. Il doit tout d'abord y avoir contact direct avec la personne (peau contre peau). Les vêtements annulent donc le copiage de données. De plus, Kamui doit avoir le strict minimum d'informations : nom, prénom et pouvoir de la victime. Cela lui permet de "donner un nom au fichier".

Quel est votre point faible? Kamui est sensible aux bruits très aigus (son de cloches, résonance lorsque deux barres de fers rentrent en contact)
(P.S : je vois pas comment l'expliquer mais pour ceux qui ont vus Spiderman 3, Kamui a les mêmes sensibilités que Venom xD)

Quel est votre âge réel? 150 ans

Connaissez vous votre créateur? oui
Si oui, qui est-ce? Le créateur de Kamui est son ex petite amie, fille qu'il aimait plus que tout de son vivant. Les raisons d'un tel changements sont expliquées dans l'histoire.

Faites vous du combat à mains nues? Kamui excelle dans le combat à mains nues même s'il n'est pas très à l'aise. En effet, son pouvoir sert à se battre à distance. Pour les combats rapprochés, il se sert d'une autre arme. Ses poings sont donc son dernier recourt.

Utilisez vous des armes tranchantes? oui
Si oui lesquelles? Kamui utilise un katana originaire de Xing. L'histoire de son katana est assez sanglante. On raconte que la lame serait devenue noire après avoir absorbé le sang de ses victimes. C'est donc grâce à cette légende que le regard de Kamui s'est porté sur cette épée. Son épée fait partie de la catégorie des armes blanches légères si bien que lorsqu'il se bat avec, l'homonculus semble danser. La légèreté de cette épée en fait une arme redoutable, arme qui est bien typique du royaume de Xing.

Et des armes à feu? non

Like a Star @ heaven Mon équipement

Il faut distinguer deux sortes d'équipements chez Kamui. Celui qu'il ne quitte jamais et celui qu'il possède en cas de besoin :
Like a Star @ heaven Celui qu'il ne quitte jamais contient son matériel de "survie". Son katana est constamment attaché à sa ceinture, quoiqu'il arrive. Etant un homonculus, il ne s'encombre pas d'une trousse médicale mais détient quand même quelques bandages dans une sacoche, juste au cas où. Son côté orgueilleux fait qu'il n'emporte pas beaucoup de choses avec lui, ayant une extrême confiance dans ce qu'il porte. Outre tout ces objets, l'homonculus est habillé de vêtements noirs, le rendant plus charismatique qu'à l'ordinaire.
Like a Star @ heaven En cas de besoin, Kamui possède sa propre réserve de pierres rouges, synonyme de vie chez les homonculus. Caché dans le repaire, il n'ira en chercher qu'en cas d'extrême urgence. Le jeune homme possède aussi des vêtements de rechanges, aussi noirs que son coeur.

Like a Star @ heaven Mon caractère :

Un seul mot pour définir Kamui : orgeuilleux ! A croire que toute l'orgeuil de la Terre a été concentrée dans un seul être sans âme. Et son orgeuil n'a pas de limite. Son extrême confiance en lui fait qu'il ne connaît pas la peur, acceptant tout combat, même ceux où il sera désavantagé. Certains pourraient appeler cela un fou de combat mais orgeuilleux ne veut pas dire fou. malgré les apparences et son péché, Kamui est quelqu'un d'assez intelligent, prenant les bonnes décisions au bon moment. Mais, il faut s'en douter, ces décisions n'arrangeront que sa personne, se fichant complètement des conséquences que cela pourrait avoir sur les autres. A noter que bien qu'il ne représente pas la luxure, Kamui est un grand dragueur en herbe. Pourquoi ce comportement ? Son orgeuil ne réside pas seulement dans le combat mais dans tout ce qui l'entoure. Il a une grande confiance dans son pouvoir de séduction ce qui lui permet d'obtenir des informations avec ses différentes relations. Kamui ne couche pas pour le plaisir, mais pour son intérêt, ce qui le distingue de l'homonculus de la luxure. Il est donc redoutable, dans tous les sens du terme.

Like a Star @ heaven Mon physique :

Des cheveux noirs encadrant parfaitement son visage fin. De magnifiques yeux bleus semblables à un océan le complètent. Il est intéressant de remarquer que lorsque son péché à le "dessus" sur sa conscience, ces yeux deviennent comme deux diamants, d'une couleur verts/or attirant. De taille moyenne, avec un corps fin et assez musclé, notre homonculus est un homme séduisant. Comme dit précédemment, Kamui a une préférence pour les vêtements noirs. Il est constamment habillé d'une chemise noire, d'une veste noire et d'un pantalon noir. Son ouroboros, la marque des homonculus, se situe dans la paume de sa main droite, qu'il cache régulièrement par un gant. Sur son oreille droite, Kamui à une unique boucle d'oreille, une perle d'une couleur rouge flamboyant, cadeau de son ex petite amie de son vivant. Bizarrement, comme s'il refusait de tirer un trait sur son passé humain, il ne laissera personne toucher à cette perle.

Like a Star @ heaven Mon Histoire
OBLIGATOIRE : minimum 15 lignes


Dernière édition par Kamui Shiro le Mer 18 Aoû - 23:54, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kamui Shiro
L'Orgueil
L'Orgueil
avatar

Nombre de messages : 1477
Age : 29
Date d'inscription : 09/08/2006

~ Informations - RPG
Argent: 1000
Métier: Homonculus Orgeuilleux
Un Message ?: Vous allez tous mourir MOUAHAHA *s'étouffe*

MessageSujet: Re: Kamui, L'orgueil Démesurée   Mer 31 Déc - 22:38

Like a Star @ heaven Mon Histoire

Acte I : Le début d'une relation durable. (L'histoire de Kamui est racontée par rapport au regard d'Edea)

- Kamui ! Kamui !

La nuit venait de tomber dans un petit village au nord de Central. J'étais dehors, moi une fille, d'environ 8 ans qui frappait à une fenêtre. Les faibles lueurs des lumières parvenaient à peine à m'éclairer mais on pouvait distinguer ma silhouette angélique et mon visage fin. Mes deux yeux bleus scrutaient ardemment l'intérieur de la maison et mes longs cheveux tombaient en cascade sur ses épaules. L'intérieur de la maison : une chambre plongée dans le noir total, la faible lumière ne parvenant pas jusque ici. Malgré ma douce voix cristalline que le calme de la nuit ne pouvait pas apaiser, aucune activité n'était détectée.

- Kamui ! Kamui ! Réveilles-toi !


Enfin, quelque chose bouge dans le lit, ou plutôt quelqu'un. Un petit garçon se lève, âgé de 9 ans. Ses cheveux noirs encadrait son visage, ses yeux bleus luisant comme des saphirs sous mon regard amusé. De petite taille, le garçon ouvrit doucement la fenêtre, me laissant ainsi pénétrer dans sa chambre.

- Qu'est-ce qu'il y a Edea ? Sais-tu au moins quelle heure il est ?

- Je voulais te voir pour ...


Coupée net dans mon élan. Kamui avait posé une main sur ma bouche, m'empêchant par la même occasion de parler avant de chuchoter doucement :

- Chut ! Si papa, maman ou même mon grand frère t'entend ...

- Je sais
,réussis-je à dire après m'être débarrassée de sa main, mais il fallait absolument que je te vois.

Malheureusement, des bruits de pas résonnèrent devant la porte de la chambre. La lumière s'ouvrit et on entendit frapper à la porte :

- Kamui ! C'était une voix de femme, Kamui, ouvres mon chou. Qu'est-ce que tu fais ?

- Rien Maman ! Puis tout doucement, On se voit demain Edea. S'il te plaît, pas maintenant.

Je ne me fis pas prier et quitta rapidement la pièce, laissant mon ami avec ses parents. Je ne savait pas ce qui s'est passé par la suite, Kamui gardait toujours le sourire en ma présence. Mais malgré mon jeune âge, cela me travaillait beaucoup. Je n'avais jamais vu les parents de Kamui. Mes parents à moi ? Oh, ils sont plutôt gentils et apprécient beaucoup la présence de mon ami. Ce qui me rassure tout de même. Kamui est la seule personne que je considère comme un ami. Depuis l'âge de 5 ans, on est inséparables, un peu comme les doigts de la main. Plutôt amusant comme image mais c'était le cas ...


A l'heure où je vous parle, j'ai à présent 17 ans. Kamui et moi entretenons ce que certains appellent une relation amoureuse. Je l'aime, il m'aime et pour rien au monde je ne le quitterai. J'aime le sentir contre moi et l'entendre rentrer tous les soirs. Il me semble un peu plus accessible par rapport à avant. Oui ... plus ouvert. Surtout que je peux maintenant vous dévoiler ce qu'il me cachait avant. Ses parents n'aimaient pas qu'il me voit. Il devait être un grand alchimiste mais négligeait complètement les cours pour venir me voir. C'est chou ! J'en rougis rien que d'en parler mais vous me connaissez, je rougis pour un rien. Nous habitions une petite maison, le strict minimum pour notre couple. Pas très éloigné de ses parents, plutôt proche des miens : la maison idéal. Elle ne possédait que 4 pièces : un salon, une cuisine, une salle de bains et une chambre. Mais c'était amplement suffisant pour nous. Nous avions quitté l'école. Enfin ... pas tout à fait. Kamui était surveillant dans notre ancienne école et moi, malgré mon jeune âge, j'étais un professeur. D'histoire qui plus est. Et ma connaissance était assez grande, même sur les autres pays. Mais ce n'est qu'une anecdote ...


- Edea ! Edea !

- Qu'est-ce qu'il y a, Kamui ?

- Devines !


Il était vraiment heureux. Je me demandais ce que ça pouvait être ... Mais il semblait à la fois excité ... et pressant ...

- Comment pourrais-je deviner ?

Quelle ne fut pas ma surprise lorsqu'il s'agenouilla devant moi, en prenant une de mes mains dans la sienne. Mais sa façon de faire était un peu maladroite ...

- Veux-tu ... Veux-tu m'épouser ?

Quoi ? C'était plutôt soudain, trop pour ma petite tête de fille de 17 ans. Mais étrangement, j'ai accepté. Cela me permettrait peut-être de le détacher de l'emprise de ses parents, toujours oppressant et constamment collé à leur fils pour qu'il apprenne l'alchimie. Nous n'avons pas besoin de cette sorcellerie pour être heureux. Notre mariage était prévu dans un an. j'avais alors 17 ans, Kamui en avait 18. Il voulait que je sois majeure avant de me lancer dans une relation plus que sérieuse. J'acquiesçais. J'étais vraiment heureuse et honnêtement, rien ne pourrait changer mes sentiments envers lui ...


Acte II : L'amour contre la puissance et l'immortalité : le sacrifice d'une vie. (L'histoire de Kamui est racontée par rapport au regard d'Edea)


Nous vivions des jours heureux, c'était clair et net. La date de notre mariage approchait et rien ne se dressait sur notre chemin. Nous avions l'argent nécessaire et on se fichait éperdument de l'avis de ses parents. J'étais heureuse. Enfin il se débarrassait définitivement de l'emprise de ses parents. Il n'était qu'à moi et rien qu'à moi pour le restant de mes jours. Bientôt, notre famille prendrait forme et on laisserait la vie s'écouler lentement, comme une famille ordinaire. Mais visiblement, le destin ne voulait pas que tout cela soit ordinaire ... C'était peut-être notre punition pour avoir fui toute responsabilité vis-à-vis de ses parents ... Oui ... en tant que femme, je me doutais que quelque chose allait se passer ...


Une semaine avant notre mariage, nous rentrions de notre dure journée de labeur, main dans la main, dans le plus grand des bonheur. Mais rapidement, quelqu'un se dressa sur notre chemin. A en voir son uniforme, il appartenait à l'armée d'Amestris. Plus précisément, un alchimiste. Qu'il soit d'état ou pas ne me concernait pas trop mais cet homme ... La démence semblait l'animer. Il fallait dire que la guerre en ce temps-là était très animée et que cet homme n'avait pas eu le profil psychologique pour résister et supporter ces atrocités. Que voulait-il ? Mais visiblement, je n'étais pas la seule à avoir remarqué son regard. Kamui tenta de s'interposer entre lui et moi. C'était la première fois qu'on me protégeait de la sorte. J'étais persuadée de la victoire de mon futur mari mais rapidement, la réalité reprit le dessus sur mes convictions. Que peut faire un homme qui manque cruellement d'entraînement face à un alchimiste entraîné aux pires situations. Sans avoir pu faire quoique ce soit, il se retrouva à terre, inconscient, sous mon regard effrayé. Je voulais partir ... M'enfuir loin de cet homme dément mais mes jambes n'étaient pas résolues ... Dans un faible espoir, ma voix finit par se faire entendre :

- Kamui ... S'il te plaît ... Aides-moi ...

Des larmes coulèrent lentement sur ma joue. J'avais peur et Kamui ne réagissait pas à ma voix. Je souhaitait voir apparaître quelqu'un, un homme, une femme, n'importe qui mais ce qui s'étendait devant moi n'était qu'un chemin vide qui nous conduisait chez nous. Avec une force nettement supérieure à la mienne, l'homme n'eût aucun mal à me maintenir à terre, malgré mes débattements. J'entendais le bruit de mes vêtements qui s'arrachaient et je sentais mon corps de plus en plus nu. Dans un faible son de voix, les larmes éteignant tout signe de vie :

- Non ... S'il vous plaît ...

- Ne t'inquiètes pas ma belle ! On va prendre du bon temps toi et moi ...

Mon regard se posa sur Kamui, toujours inconscient alors qu'avec horreur et terreur, je le sentis faire ce qu'il voulait de mon corps. Mes larmes ne cessaient de couler et mes débattements n'y changeaient rien. J'étais bel et bien en train de me faire violer par un homme fou que je n'avais jamais vu. Vous ne savez pas tout ce que l'on pense, et tout ce que l'on ressent lorsque ça arrive. Vous vous sentez piétinée, vous n'êtes qu'un objet entre les mains de votre ravisseur et la seule chose que vous pouvez faire, c'est attendre que ça se passe, même si ça fait du mal de l'admettre ...

Cet homme disparut après sa besogne, maugréant quelques paroles que je n'avais point comprises. Moi, j'étais allongée sur le sol, pratiquement nue, mon regard vidé de toute âme. Mes larmes venaient s'écraser sur le sol et je ne désirais qu'une chose ... Mourir ...

Depuis ce jour-là, nos relations se sont détériorées. Notre mariage a été annulé et je reste enfermée dans notre chambre, sans oser lui parler. C'est peut-être à ce moment-là, toute seule dans le noir, que la germe du mal a commencé à naître en moi. Oui ... En aucun cas je n'en voulais à cet homme. La seule chose que je haïssais, c'était la faiblesse de Kamui. S'il avait été plus fort, rien de tout ça ne serait arrivé. C'était de sa faute, entièrement de sa faute et ... Je le maudissais, plus que quiconque. C'est à ce moment que l'idée me vint : "reformer" mon petit ami. J'avais les bases de l'alchimie et la transmutation humaine était tabou, je le savais. Mais ... oui ... Si Kamui était plus fort ... Sans m'en rendre compte, je partais moi-même dans la démence, m'enfonçant un peu plus profondément dans des ténèbres sans faille, sans point de non retour. Et mon plan était prêt ...

Une nuit sans lune, je me suis glissé dans le salon, là où Kamui avait prit l'habitude de dormir depuis. Ce qui m'énervait au plus haut point, c'était de le voir dormir si tranquillement après ce qui était arrivé. C'était peut-être ça qui avait guidé mes gestes et armée d'un simple couteau, j'ai pris ce qui m'appartenait de droit : son cœur. je sentais ce liquide vermeil et chaud couler sur mes mains. Le sang de celui que j'aimais. Ce sang offert en sacrifice au diable. Oui ... Car si Dieu existait, il n'aurait jamais pu permettre cette tragédie. J'avais décidé d'agir directement dans le salon, le cercle fut tracé, me prenant une demi-heure de mon temps. Mais je savais que je n'allais pas être dérangée. Tous les ingrédients étaient prêts et j'embrassais doucement le corps inerte de mon petit ami avant de murmurer :

- Pour toi, mon amour ...

Puissant, confiant, immortel et protecteur, voilà comment je le voulais. Ce fut donc avec convictions que j'activais le cercle de transmutation humaine. Kamui allait revenir prêt de moi avec une nouvelle force et il ... il me protègerait, c'était sûr ... Que se passe-t-il ? Quelle est cette lumière ? Attendez, ce n'est pas comme ça que ça devait se passer ! Quelle est cette porte ? Que m'arrive-t-il ? Je voulais la puissance et je sens mes forces se vider. Non ... Rendez-moi ma puissance. Je vous interdis de la prendre !! Mon regard s'ouvrit bientôt et la fumée laissa apparaître ce qui ne ressemblait pas à un humain. Quant à moi, j'ai été punie. Moi qui recherchais tant la douceur et la protection, j'ai été privée d'un de mes sens, celui du toucher. Je ne sentais plus rien. Ni le sol sous mes mains, ni la caresse du courant d'air sur mon visage. Rien ... Comme si tout autour
de moi c'était figé sans que je ne m'en rende compte. Sans que je puisse intervenir, tombant à chaque fois que je tentais de me relever, je vis cette masse informe et infâme quitter la pièce. Kamui, où es-tu ? Reviens-moi s'il te plaît ...

J'attendis pendant quelques semaines et bientôt, un homme se présenta à ma maison. J'étais dans mon lit, incapable de bouger, ne sentant plus rien. Ma mère s'occupait de moi régulièrement. Non ... Elle restait constamment avec moi, ignorant tout de cette histoire. Cet homme ressemblait fortement à Kamui. j'aurais voulu le prendre dans mes bras mais quelque chose d'autre reçu mes bras tendus : le sang de ma propre mère ... Cet homme léchait avec envie ce sang sur sa main, appréciant la moindre goutte. Malgré l'effroi et la terreur que je pouvais ressentir, je l'entendis dire :

- Tu voulais que je sois puissant non ? Admires ton travail Edea !

Non ? C'est vraiment toi Kamui ? Mais avant que mes lèvres ne puissent bouger, sa main se posa doucement sur mon bras, avec un sourire qui lui donnait un air froid. Incapable de bouger mes bras et impossible de savoir ce qui se passe lorsqu'on ne possède plus de sensations. Mais comme si Dieu m'accordait une petite clémence, je pus sentir une seule chose : la lame de Kamui transperçant mon cœur, comme moi je l'avais fait quelques semaines plutôt. Je sentais ma vie s'échapper alors que je voulais la garder. Est-ce que j'irais au paradis ? Non ... pas après ce qui s'est passé ... Kamui ... Je t'ai tellement aimé ... Pardonnes-moi pour ce que je t'ai fait et ... Adieu ...


Dernière édition par Kamui Shiro le Mer 18 Aoû - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kamui Shiro
L'Orgueil
L'Orgueil
avatar

Nombre de messages : 1477
Age : 29
Date d'inscription : 09/08/2006

~ Informations - RPG
Argent: 1000
Métier: Homonculus Orgeuilleux
Un Message ?: Vous allez tous mourir MOUAHAHA *s'étouffe*

MessageSujet: Re: Kamui, L'orgueil Démesurée   Dim 4 Jan - 19:13

Acte III : Le début d'une nouvelle vie : l'immortalité n'ouvre ses portes qu'aux élus !


Il faisait sombre dans cette pièce, pièce dans laquelle je me trouvais. Mes yeux ne voyaient rien d'autre qu'une fille, prêt de moi. Je parvenait à peine à distinguer les formes qui m'entouraient mais je voyais parfaitement des traces autour de moi : des traces semblables à un cercle de transmutation. Je voulu regarder mes mains mais bizarrement, je ne sentais rien. Il fallait se rendre à l'évidence, je n'avais pas de mains. Edea ? Où es-tu ? S'il te plaît, viens m'aider ! Mais aucun son ne sortit de ma bouche. Cependant, après m'être habitué à l'obscurité, je remarquais rapidement que cette fille n'était d'autre que ma bien-aimée. Elle était prêt de moi. Je voulu m'approcher d'elle mais elle s'éloigna, visiblement terrifiée. Que s'était-il passé ? Pourquoi me fuyait-elle ? Rapidement, je compris la triste vérité qui m'entourait : je n'avais rien d'humain. Je n'étais qu'une masse informe et infâme aux yeux de ma chère et tendre. Et je compris ! Elle m'avait fait renaître, elle m'avait transformé en cette ... chose ... Je finis par partir, vers l'issue la plus proche et aussi loin que ce corps informe me le permettait. Je n'étais plus rien. Je n'avais plus de vie. La nuit s'écoulait lentement et bientôt, je distinguais une forme qui s'approchait de moi. Qui était-ce ? Une femme ... Plutôt jolie d'ailleurs. Elle me tendait quelque chose : qu'était-ce ? Des pierres ? Rouges comme le sang. Pardon ? Que je les mange ? Je n'ai jamais mangé de pierres de ma vie et sûrement aucun être humain ne le ferait. Mais je n'étais plus un humain ... Elle m'assurait que c'était pour ma survie. Ces seuls mots me firent passer à l'acte, avalant ses pierres avec du dégoût. Puis je me sentis sombrer dans un lourd sommeil, un sommeil que je pensais éternel ...

Or je repris vie ! Ou plus exactement, mes yeux s'ouvrirent dans une pièce, sombre elle aussi. La seule source lumineuse me parvenant se situait sur une table de chevet, à côté de mon lit. J'étais seul, aucun bruit alentours, ni même aucun mouvement. Contre toute attente, je parvins à me redresser. Et ce n'était que le début de ma surprise. Ses mains que je cherchais désespérément, je les avais retrouvées. J'avais ... forme humaine ! mais quelque chose attira mon attention, cette marque rouge dans la paume de ma main. Un serpent mangeant sa queue ? Non ... un dragon plutôt. Avec une sorte de triangle à l'intérieur ... Une marque que j'appellerais des années plus tard ouroboros ! Je voulu boire un verre d'eau mais le morceau de cristal m'échappa de la main et alla se briser sur le sol, dans un bruit décuplé par le vide de la salle. Je me levai péniblement et ramassais un à un les preuves de ma bêtise jusqu'à ce qu'un de ces bouts de verre m'agresse. je ressentis une légère douleur et regarda mon doigt meurtri ... Incroyable, il n'y avait aucune trace de blessure. J'étais pourtant persuadé avoir été blessé ... Mon regard s'attarda sur un morceaux plus gros puis je décidait d'en avoir le cœur net. Prenant mon courage à deux mains, j'enfonçais ce morceau sur le dos de ma main, l'enfonçant le plus loin possible, serrant les dents pour éviter que la douleur ne sorte. les larmes aux yeux, après avoir repris mon souffle, je retirai ce morceau et constata avec émerveillement la plaie de ma main se refermer. Je pouvais soigner n'importe quelle blessure, j'en avais fait l'expérience. J'étais immortel ! Le rêve de tout homme sur Terre.

Je quittais cette pièce sombre pour gagner le monde extérieur. Immédiatement, j'entrepris des recherches pour savoir s'il y avait d'autres élus comme moi. Durant cette journée, j'ai appris l'existence des transmutations humaines, le fait qu'elle était tabou. Tout le monde ignorait que ça existait mais moi ... J'étais vivant et j'en étais ressorti plus fort. il fallait que le monde apprenne que les transmutations fonctionnent. Attends une minute ... Je suis sûrement la seul dans ce cas-là ... Je suis un privilégié, un être supérieur au humain. Je détiens force, immortalité et jeunesse éternelle. C'est peut-être à ce moment-là que mon orgueil s'est accentué. Oui ... Car comme tout "survivant" d'une transmutation humaine, j'étais devenu un homonculus, un être qui a échangé son âme contre l'immortalité et un pouvoir unique. Un être dirigé par un seul péché capitaux : l'orgueil pour ma part. Mais tout ça, je ne l'ai appris que quelques semaines plus tard. Et c'est lorsque j'ai appris tout ça que j'ai voulu me venger ... me venger de celle qui m'avait tout enlevé, qui m'avait arraché mon âme ... Edea !

J'ai soudoyé les armuriers et, content de ma réussite, mon orgueil ne s'en trouvait que démesuré. Bizarrement, tout ce que je voulais s'accomplissait. Je charmais et séduisais sans aucune faille. J'obtenais ce que je voulais : armes, renseignements, tout y passait. Et toutes ses réussites accroissaient mon orgueil de façon spectaculaire. Épée à la ceinture, j'ai rapidement regagné ma ville natale, et ma maison natale. Edea s'y trouvait ... il y avait de la vie dans cette maison, je le sentais. Ensuite, je ne saurais vous dire ce qu'il s'est passé exactement. Tout s'était déroulé sous mes yeux à une vitesse incroyable. La tête tranchée de la mère de ma bien-aimée roulait sur le sol, recouvrant mes mains de son sang. Et bizarrement, le goût de ce liquide pourpre me plaisait énormément. J'étais devenu une bête. L'homonculus n'a pas d'âme. Il prend la vie des autres sans rien ressentir : ni dégoût, ni tristesse, ni peine. Tuer des êtres qui leur était cher ne représente pas un défi pour eux. Ils y arrivent sans difficulté. Et c'est sans difficulté que je tuais de mes propres mains celle que j'avais par le passé aimée. Je laissais l'arme du crime sur place, avec les deux corps et je disparu sans laisser de traces de cette maison, de cette ville.

Au moment où je vous écris cette partie de mon histoire, je suis dans un bar, d'une ville quelconque. Huit années se sont écoulées sans que je n'ai pris une ride ou un seul centimètre. Le barman me parle d'un homme qui vient régulièrement, un certain Hiro Aino. Un vrai alcoolique paraît-il. Pourquoi je vous parle de quelque chose qui ne me concerne pas ? Tout simplement parce que des rumeurs circulent comme quoi cet homme violerait sa propre fille. Les histoires du passé me rattrapent inlassablement. J'avais envie d'aider cette fille, plus par intérêt que par conviction. Ce que je fais dans ce bar ? J'attend que ma proie vienne, comme chaque soir depuis un petit bout de temps paraît-il. Tout ce que je sais à son sujet, je le détiens de ce barman bavard. Bientôt, l'homme en question rentre et le barman me confirme que c'est lui. Plusieurs heures à observer, il ne me semble pas bien terrifiant. Il finit par quitter sa place, regagnant certainement l'endroit où il habite. Je le suis, tout doucement, vers une nouvelle page de ma nouvelle vie.


Acte IV : Une rencontre du destin ? Kamui et Lola


Il faisait nuit à ce moment-là mais je parvenais parfaitement à suivre celui qui m'intéressait. Hiro Aino était totalement saoul, c'était le cas de le dire. Il ne marchait pas droit, semblait trébucher tous les cent mètres et cette attente commençait à m'exaspérer plus que tout. Même sans être discret, j'étais persuadé qu'il ne se rendrait pas compte de ma présence. Une pluie fine commençait à tomber et le vent caressa doucement mon visage, visage caché par une capuche et mes cheveux tombant devant mes yeux. A bien regarder autour de moi, je venais de quitter le centre-ville, me rendant dans un endroit plus reculé. Aino était-il conscient de l'endroit où il allait ? A vrai dire, c'était difficile de le savoir ... Pourtant, cet homme finit par pénétrer dans l'enceinte d'une maison. Je n'eût aucun mal à reconnaître la maison de ma cible. Tout simplement parce qu'il rentrait sans vraiment trop être dérangé et surtout parce que son nom figurait près du portail. La pluie devenait de plus en plus forte, réveillant doucement les blessures cicatrisées de mon cœur ...

Je restais là, devant cette entrée, sans faire le moindre bruit. Je me demandais vraiment ce que je faisais là ... Peut-être pour racheter mon erreur passée. Non ! Je suis là par pur intérêt envers ma personne. Je comblerai ma soif d'orgueil et je serais bientôt l'être le plus fort de ce monde. Le début d'une nouvelle vie commence pour moi. Ce fut donc avec un regard déterminé que je pénétrai dans le maison. Cet homme ... venait de battre sa fille et s'apprêtait à faire ce qui était devenu visiblement une habitude pour lui. Sans vraiment me rendre compte de ce que je faisais, j'éloignais cet homme de cette dernière. La petite fille avait peur, cela se voyait mais j'étais comme dans un état second. Je le maintenais fermement contre un mur, empêchant toute fuite, toute contre-attaque et même tous cris. La seule chose qui résonna dans cette pièce sombre fut ma voix, dénudée de tout sentiments :


- Meurs ...

Cela se passa vite et bientôt, l'homme retomba au sol. J'avais été clément, je ne l'avais pas fait souffrir. Tout doucement, son sang se répandait sur le parquet et, à bien regarder, je détestais ce visage ... Un visage d'assassin ... Ce même visage que je voyais dans un miroir, non loin de moi ... J'étais devenu ce que j'avais toujours attaqué de mon vivant : un assassin. Je me retournai vers la jeune fille et ce que j'avais appris me traversa l'esprit, ne jamais laisser de témoins derrière moi. Je m'apprêtais donc à lui porter le coup de grâce lorsque son regard croisa le mien. Un regard profond, dénué d'âme : un regard comme le mien ... Rapidement mon regard s'adoucit mais elle perdit connaissance, sûrement dû aux coups de son paternel. Je ne pouvais pas la laisser là ... Mais je ne pouvais pas non plus l'achever ... Qu'est-ce que je pourrais en faire ? ...


- Kamui ... Je ne vis que pour toi ... Et mon bonheur serait d'avoir un enfant de toi ... Pour notre bonheur !

Ces paroles d'Edea me traversa l'esprit. S'il était né, il aurait à peu près le même âge que cette fille. Je la ramassais donc, comme on ramasse un déchet, je dois vous l'avouer et partit avec cette petite fille sous mon bras. J'ai brûlé toutes les preuves, corps et maison avant de quitter les lieux. J'ai vagabonder sous la pluie pendant un petit moment ce qui fut bien utile. La pluie nettoya tous le sang que nous pouvions avoir, moi et cette petite fille. Et bientôt, je finis par entrer dans le premier hôtel. N'ayant pas ou peu d'argent sur moi, j'ai dû menacer le tenancier pour qu'il me donne une chambre. Pour plus de sécurité, je l'ai enfermé dans un placard. Au moins, il ne se plaindra pas. Je m'installais à côté de ma nouvelle prise, attendant qu'elle reprenne connaissance ...

Ce qui arriva le lendemain. Elle était encore faible, aussi la rassurais-je dès le début. Il était inutile qu'elle se mette à crier pour alerter qui que ce soit. Si ça se trouve, elle ne se souvenait même plus que c'était moi qui avait tué sa seule famille. M'enfin ... Je lui expliquais quand même tout ce qu'elle voulait savoir : Mon prénom ! Ce que j'avais fait de sa seule maison ! Ce qui l'attendait à présent : une nouvelle vie. Oui ... Comme moi, elle allait pouvoir démarrer une nouvelle vie. Une vie rempli de bonheur. Je lui promit que je resterai près d'elle, que je veillerai sur elle et que je la rendrait heureuse. Tout ce qu'elle avait à faire, c'était d'oublier son ancienne vie et d'en mener une autre. Une autre à mes côtés ...

Ainsi, les années passa lentement. Elle grandissait, devenait de plus en plus jolie alors que moi, je restais pareil : un éternel homme de 19 ans. Au fil des années, elle apprit ma nature d'homonculus, ce qui ne l'empêcha pas de rester collée à moi et d'être heureuse. La seule chose qui posait problème, c'était les déménagements répétitifs. La jeune Lola avait du mal à s'intégrer et les différents boulots de tueurs que je cumulai nous obligeait à nous enfuir de ville en ville. C'est peut-être comme ça que mes talents se sont dévoilés. On dit dans plusieurs villes que je suis un assassin très doué. Bien sûr, mon nom reste inconnu. Je finis toujours par tuer mes contacts après avoir touché l'argent. C'est la seule facette que je ne montre pas à ma petite protégée. Moi, je ne peux plus revenir en arrière, je ne veux pas qu'elle s'engage sur cette voie ...

Les années passent et se ressemblent et bientôt, elle vient me voir, légèrement hésitante. Elle me parla d'un garçon qu'elle venait de rencontrer. Un certain Shintaro ... Ils s'aimaient, comme moi et Edea à notre époque. Je ne pouvais pas l'empêcher d'être heureuse même si je ne voulais pas qu'elle parte. Mais tout ce mettait en place ... Lola me quitta rapidement et je finis par disparaître de la ville, faisant croire à mon départ. Pourtant, j'étais toujours là, veillant sur elle comme avant. Et bientôt, le bruit des pas d'un homme se rapprocha de moi avant que sa voix ne s'élève :


- Êtes-vous sûr que c'est ce que vous voulez, Kamui-sama ?

Je ne pus retenir un sourire. En tant que orgueilleux, j'avais la puissance nécessaire pour détenir ce que je voulais. Je n'étais pas avare, loin de là mais je voulais montrer ma supériorité dans tous les domaines ... Comme la manipulation ...

- Tu fais du très bon travail ... Shintaro !

Tout en regardant ma petite protégée rentrer chez elle, je ne pus retenir un sourire orgeuilleux. Je passais avec envie ma langue sur mes lèvres. Elle n'était qu'une marionnette qui dansait à présent dans la paume de ma main.


Dernière édition par Kamui Shiro le Mer 18 Aoû - 18:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kamui Shiro
L'Orgueil
L'Orgueil
avatar

Nombre de messages : 1477
Age : 29
Date d'inscription : 09/08/2006

~ Informations - RPG
Argent: 1000
Métier: Homonculus Orgeuilleux
Un Message ?: Vous allez tous mourir MOUAHAHA *s'étouffe*

MessageSujet: Re: Kamui, L'orgueil Démesurée   Ven 23 Jan - 19:54

Acte V A : La séparation : le résultat de son orgueil !


Quelques années s'écoulèrent et tout marchait à merveille pour moi, homonculus devant de plus en plus "vieux" sans subir un seul changement physique. Depuis ma rencontre avec Lola, je m'étais promis que le corps et l'esprit de cette humaine m'appartiendrait. Je suis orgueilleux et je n'aime pas prêter ou donner les choses qui m'appartiennent. Réaction typiquement humaine non ? Oui, cela m'étonnait un peu ... Malgré ma nouvelle vie, il m'arrivait de me comporter comme un humain ordinaire. Ridicule non ? Surtout que je pouvais caresser le doux rêve d'être immortel et jeune pendant tout l'éternité de cette vie minable et remplie d'ignorants. Car le monde qui m'entourait était renplis d'ignorants. Des pauvres, des bourrés, des vantards et des prétentieux. Aucun pour racheter l'autre. Dans ce monde, je semblais être plus seul qu'à l'ordinaire. Ma chambre d'hôtel était vide ... C'était le sentiment qui m'envahissait lorsque j'étais tout seul : l'ennui. Si bien que, pour me divertir, je me retournai vers la seule chose qui m'inspirait : la manipulation ! Et mon cobaye n'était autre que Lola Aino, l'humaine que j'avais "ramassée" quelques années plutôt. Elle vivait le parfait bonheur, bonheur que j'avais moi-même créé autour d'elle pour mes propres intérêts. Mon intermédiaire ? Vous avez de ses questions tout de même ... Ce n'était que Shintaro, le petit ami de ma cobaye. Je l'avais rencontré au hasard, dans un bar et j'ai tout de suite été fasciné par le personnage. Enfin fasciné ... Ce n'était qu'un humain. Ne me croyez pas sensible au point de m'attendrir devant le comportement humain. J'ai changé ! Pardon ? Ce qui m'avait attiré en lui ? Hum ... sa carrure ... Humain trop parfait à mon goût, il avait besoin de connaître le désespoir au moins une fois. Nous avons passé la soirée à parler autour d'un verre et le sujet dériva bien vite sur Lola. Il semblait intéressé ... Quelle naïveté ... Je m'arrangeais pour qu'ils se rencontrent par hasard et ce qui devait arriver arriva : la jeune fille tomba sous le charme. Voilà pourquoi aujourd'hui, à l'instant où je vous écris, je me retrouve seul dans ma chambre d'hôtel. D'habitude, j'ammène quelques filles pour raccourcir mes nuits mais là, n'est pas le problème. Ce n'est qu'une partie insignifiante de moi que vous apprendrez par vous-mêmes. Ma journée m'a semblé longue mais enrichissante. Voulez-vous que je vous la raconte ? Comme vous voulez ...

J'avais rencontré Shintaro pour lui donner de nouvelles "instructions" ... Enfin ... lui percevait ça comme une discussion banale. Toujours aussi naïf. C'est marrant tout de même :


- Alors Shintaro, comment ça se passe avec Lola ?

- Oh ... plutôt bien ...


Il semblait gêné, troublé et cela ne fit qu'attiser mon amusement et ma joie. Je connaissais tout de leur vie même si Lola ignorait que j'étais toujours là. Mais ce soir, j'avais une autre idée dans la tête. Je ne perdrai sinon en aucun cas mon temps à parler avec un petit humain faible.

- Dis moi ... Quand comptes-tu passer à l'acte avec elle ?

Ce pauvre Shintaro failli s'étouffer et moi, j'étais au bord de l'hilarité. C'était vraiment trop drôle ... Ils étaient ensemble depuis un bon bout de temps et il n'avait jamais posé la main sur elle. Quelle déception ... Un peu de sexe ne leur ferait pourtant pas de mal, j'en suis persuadé. Et il en fallait ... Sans qu'elle soit consentante ... Pour le bon déroulement de mon plan. Aussi, je pressais le barman pour qu'il nous reserve à boire.

- Ecoutes Shin (diminutif de Shintaro) ... Voilà ce que tu vas faire. Bois ce verre pour te donner du courage et fonces mon grand !

- Euh ... je ne suis pas sur qu'elle ...

- Ne t'inquiètes pas ! Aller, bois !

Je le forçais à boire et, après quelques instants, l'effet fut immédiat. Il en recommandais un autre, et encore un autre. Ce qui est marrant lorsque l'on est homonculus, c'est que l'on a rarement la gueule de bois. Observer le comportement d'un homme saoul était vraiment très amusant. Il commençait à parler à haute voix, de ce qu'il comptait faire avec elle en rentrant et son comportement ne put retenir mon grand fou rire. Ce fut donc le sourire aux lèvres que l'on se sépara. Tout était prêt ... il me fallait simplement attendre ...

...

Des bruits de pas résonnèrent dans le couloir et bientôt, Shin apparu dans l'encadrement de ma porte d'hôtel, affolé. Une nuit s'était écoulé. Peut-être le temps qu'il décuve tout ce qu'il avait bu :


- Kamui-sama ! Kamui-sama ! C'est terrible !

Sa voix m'agaçait déjà de si bon matin ... J'aurais voulu faire taire cette voix en l'étouffant dans du sang mais je m'abstenait, repensant à tout mes plans en cours :

- Que t'arrive-t-il ?

- Elle ... Elle est morte ... Suicidée ... J'ai voulu la ... la ...

Ses mots refusèrent de sortir et, au fond de ma tête, je savourai lentement ma victoire. Seulement, comme un bon "ami" du couple, je laissais ma pseudo colère envahir la pièce, le sermonnant pendant une bonne heure. Heure qui me parut une éternité ... Quelle plaie. Pendant que l'on restait silencieux devant cette "tragédie", je décidai de continuer mon plan :

- Dis Shin ... Tu es un alchimiste non ?

- Oui ...


- Et tu l'aimes ?

Silence ... - Oui ...

- Fais la renaître ... Avec ton alchimie et mes connaissances, nous y parviendront sûrement. Si tu ne le fais pas pour toi, fais le pour elle ... Elle qui était si jeune ...

L'affectif ... Quelle magnifique chose pour manipuler l'esprit d'un individu. Et il mordit rapidement à l'hameçon. L'amour ... Dire qu'à une époque, j'avais connu ce sentiment ... Qui me parraissait désormais désagréable. Je lui expliquais, au cours de cette journée, tout ce que je savais sur la transmutation humaine. Et étrangement, elle était vaste. Après plusieurs questions élucidées, il partit. Vous vous en doutez, pour que mon plan soit parfait, je l'ai naturellement suivi !

Ils habitaient une petite maison qui, de l'extérieur, semblait bien sympathique. Une maison humaine quoi. Je me plaçais à un bon angle vue et je puis, sans difficulter, assister à toute la scène. Au fut et à mesure que l'on se rapprochait de l'instant fatidique, mon sourire s'élargissait. Le cercle formé, le corps de Lola préparé, cette lumière si aveuglante, le corps de Lola prenant une forme affreuse, la même que la mienne et bientôt, elle se débarrassa de ce frêle humain de Shintaro. J'étais excité par ce que je venais de réaliser. Mon orgueil été la clé de la création d'un nouvel être comme moi. J'allais être moins seul et je pourrais m'en servir à ma guise. Doucement, je me dirigeai vers la pièce et lui tendit des pierres rouges avec un sourire accueillant :


- Bienvenue à la maison ... Lola ...

Acte V B : La séparation : le résultat de son orgueil !


Cette transmutation était une pure merveille. Ma chère Lola était à présent un être comme moi, sans foi ni loi que rien ne pourrait arrêter. L'immortalité venait de choisir un nouvel élu et la solitude allait rapidement me quitter. Moi, l'être le plus orgueilleux sur cette terre, je suis parvenu à créer un homonculus en manipulant un simple humain. Vous ne pouvez pas imaginer la satisfaction qu'un orgueilleux ressent lorsqu'il réussit un tour de force comme celui-là. J'étais ... fier de moi ! Une satisfaction inexplicable s'empara de moi tandis que cet être infâme et difforme avalait ses pierres sous mon regard amusé. Mais ce qui me semblait bizarre, c'était qu'elle ne m'avait pas attaqué. M'avait-elle reconnu comme de sa propre "race" ou bien elle se rappellait de mon visage ? Aucune idée et c'était tout simplement ennuyeux de se poser la question. Le résultat était bien là : Lola avait à peu prêt forme humaine maintenant et ses traits étaient les mêmes qu'avant. Seule chose qui changeait : son ouroboros sur sa poitrine, bien visible, presque aussi visible que le mien. Rapidement, je me dévêtis de ma veste afin de la couvrir et je quittais les lieux avec ma nouvelle compagne, laissant cette fois les traces du méfaits bien visibles aux yeux du monde entier. Shintaro serait ainsi blâmé par la population pour avoir fait revenir un mort de l'au-delà. Adieu Shin ... Et remercies ta naïveté ...

Des jours ... Des semaines ... Des mois s'écoulèrent tandis que j'apprenais mes moindres secrets à celle qui me ressemblait. Au bout de plusieurs années sans que ni elle, ni moi ne prirent une ride, j'avais vite compris son pouvoir qui serait fort intéressant pour moi. Elle pouvait priver sa victime de 3 des 5 sens : l'ouie, le toucher et la vue. Elle pouvait aussi influencer l'esprit de sa victime au prix d'effort un peu plus important. Bof ... ce n'était pas très important. Elle privait les gens des 3 sens, et moi, je passais derrière pour faire le ménage. Quoi de plus difficile ? Absolument rien. Nous formions un duo parfait. Je prenais l'ordre de tuer, on l'exécutait ensemble, je ramassais le pactol en me débarrassant de mon employeur et nous quittions la ville. Une vie nette, sans bavures ni difficultés. Mais ce que j'étais loin d'imaginer, c'était le péché qui naissait en Lola.

Moi, être orgueilleux, flirtait dangeureusement avec Lola, être luxueuse. Oui ... le péché de Lola était la luxure. Plutôt intéressant si on prend en compte mon sérieux penchant pour le sexe opposé au mien mais je n'avais pas du tout imaginé ce qui allait suivre. Au début, la petite parvenait à contrôler ses pulsions et son péché restait profondément enfouie en elle. Son passé humain qui l'empêchait de se lâcher ? Peut-être bien. Moi, j'avais succombé à mon orgueil depuis un bon moment, inutile de me demander quand c'est arrivé, je n'en ai aucun souvenir. C'est fou comme les événements insignifiants de notre vie peuvent disparaître de notre esprit en un clin d'oeil. Mais notre ancienne humaine avait de plus en plus de mal à se contrôler et, pour mon plus grand bonheur, mais peut-être pour mon plus grand désarroi, ce fut moi sa proie ce soir-là. Au début, je n'avais pas compris son but. Elle semblait vouloir obtenir quelque chose de moi et mon esprit un peu long à la détente n'a pas réussi à cerner ma protégée. N'allez tout de même pas croire que j'ai succombé facilement. Au début, mon tempérament n'était pas de me jeter sur toutes les femmes qui passaient. J'ai de nombreuses fois refusé cette chose qu'elle me demandait puis devant son irrésistible charme, j'ai finis par craquer. Cette nuit-là, j'ai pu goûter ses lèvres, sentir son odeur et détenir son corps Une nuit fantastique en perspective, je peux vous l'assurer. prochaines victimes de Lola, je pense que vous ne serez pas déçu. Mais après cette nuit, tout à changé. En moi comme autour de moi. Tout d'abord, j'ai pu constater que la belle avait disparu. Je n'ai aucune explication à fournir sur sa disparition mais je décidai de ne pas la chercher. Elle pouvait mener sa vie comme elle l'entendait à présent. Et ce changement en moi ? Mon envie de détenir le plus de femmes s'agrandit. Lola avait en quelque sorte réveiller la bête qui dormait à moi. Orgeuilleux, j'étais né ... Alors orgeuilleux j'allais être. Après Lola, j'ai couché avec bon nombre de filles avant de devenir ce que je suis aujourd'hui. Et je ne suis jamais comblé. Humaine, homonculus et parfois chimères. Tant que c'est susceptible d'éveiller mon intérêt et de combler ce désir, je suis partant. Une sorte de luxure ? Possible mais alors très infime. Coucher avec le plus de filles comble mon orgeuil, et rien d'autre ...
Revenir en haut Aller en bas
Kamui Shiro
L'Orgueil
L'Orgueil
avatar

Nombre de messages : 1477
Age : 29
Date d'inscription : 09/08/2006

~ Informations - RPG
Argent: 1000
Métier: Homonculus Orgeuilleux
Un Message ?: Vous allez tous mourir MOUAHAHA *s'étouffe*

MessageSujet: Re: Kamui, L'orgueil Démesurée   Dim 15 Fév - 19:41

Last Chapter : La magnificence de l'immortalité : une vie attachée au diable ...


Vous savez à peu près tout de ma vie. Ou du moins, dans les grandes lignes. Si je devais vous raconter chaque année de mon existence, cela serait interminable. Cela fait aujourd'hui 150 ans que mon corps est présent sur cette terre mais que mon âme s'est envolée loin. Je ne serais pas dire si je suis satisfait ou non de ma nouvelle condition. Même ses 150 années d'expérience ne m'ont pas permis d'avoir la réponse à cette question. Jouir d'une immortalité sans limite mais être condamné à finir en enfer, pour un crime que je n'ai pas commis ... Enfin ... Finir en enfer le jour où quelqu'un sera assez courageux et puissant pour m'ôter ces nombreuses vies que j'ai accumulé. Des vies qui effacent mes rides, qui soignent mes blessures, même les plus ridicules mais qui m'ont pris la chose la plus important qu'un humain puisse avoir : son coeur.

Ses écrits, je les conserve précieusement dans ma mémoire. Seule moi en ai la clé et vous ne parviendrez jamais à savoir ce que je pense vraiment. Avec ses mémoires, j'enterre ma vie d'humain pour une vie plus robuste, immortelle et sans limite de temps. En surface, je semblerais satisfait de ma condition mais vivre trop longtemps n'apporte jamais rien de bon. Mon mental est en faite fragile. Mon expérience m'apporte quand même un certain réconfort. Au fil de mes voyages sans fin, j'ai pu apprendre de nombreuses choses. Le monde est pourri ! Colère, Gourmandise, Luxure, Envie, Avarice, Paresse et enfin Orgueil. Ses sept péchés font tourner la roue du monde et dirigent le destin de cette terre. Les humains sont cupides et ne vivent que pour l'argent, la richesse et la gloire.

Seulement, n'oubliez jamais une chose, humains. C'est que ces sept péchés capitaux ont maintenant une forme corporelle et sont chargés de tous vous détruire. Les homonculus, fruits des erreurs de 7 personnes, vont tous vous punir comme châtiment de leurs conditions. Colère, Gourmandise, Luxure, Envie, Avarice, Paresse et Orgueil vont se déverser sur vous sans que vous ne puissiez résister ...

Mélina, Lola, Ivan, Naoko, Killua, moi-même et encore une autre personne vont vous apprendre la vie, mais aussi vous la prendre. Ne dormez pas à point fermé, cela pourrait être votre dernière nuit ...
Revenir en haut Aller en bas
Kamui Shiro
L'Orgueil
L'Orgueil
avatar

Nombre de messages : 1477
Age : 29
Date d'inscription : 09/08/2006

~ Informations - RPG
Argent: 1000
Métier: Homonculus Orgeuilleux
Un Message ?: Vous allez tous mourir MOUAHAHA *s'étouffe*

MessageSujet: Re: Kamui, L'orgueil Démesurée   Mer 18 Aoû - 18:35

Épilogue : Novus Mundus

La guerre touche de plus en plus de pays, de contrées, aussi insignifiantes soient-elles. Je revois ces flammes qui détruisent tout ce qu'elles touchent : habitation, plantes, cadavres ... Mon regard est vide de sens tandis que j'entends des voix familières qui m'appellent derrière moi. Je vois des personnes qui fuient, tentant de protéger leurs propres vies. Je sens aussi cette lame qui s'enfonce dans mon corps, sans qu'aucune douleur ne me traverse, sans qu'aucune cicatrice n'y reste une fois la lame retiré et l'attaquant pulvérisé. Les cibles tombent unes à unes devant nos pieds. Il ne reste bientôt plus rien du village, des bidonvilles et des familles entières. Je me retourne, dévisageant mes six compagnons avant de quitter ce champs de ruine : Nous venons de détruire un village et rayer de l'histoire le clan Ishbal.

Plusieurs jours sont passés depuis et je repense à ces fous qui ont refusé notre proposition d'attaquer les alchimistes et de créer un monde sans tabous et sans différence. Résultat, nous nous sommes débarrasser d'ennemis potentiels pour la suite à venir. Car nous avons un tout autre objectif, nous les Sept. Tandis que je me rend compte de l'endroit où je suis, la plus belle vision que m'offre le monde bouge à côté de moi. Ma vie, mon unique raison de tuer et de passer pour un monstre se réveille à mes côtés : Lola Aino. Elle ne semble pas aussi troublé que moi par ce massacre mais c'était soit disant un mal nécessaire. Si on ne les avait pas tués, ils se seraient mis sur notre route ce qui aurait tout retardé. Ma luxure se colle à moi et j'en oublis tous mes soucis tandis que notre plan avance. Lola et moi avons rendez-vous avec le destin aujourd'hui ... Nous avons rendez-vous avec les cinq autres pour mener une révolution qui changera le monde. Je me lève, elle fait de même ... il est temps d'y aller ...

Nous retrouvons les cinq autres tout prêt de la capitale. Cette capitale qui va bientôt devenir la scène d'un spectacle sanglant. Nous attaquons ... Nous détruisons ... Nous tuons ... C'est ce que nous savons bien faire ... On ne se préoccupe même pas des personnes qui sont devant nous. Mais pourtant, nous arrivons à savoir où nous sommes. Bien que répartie dans cette immense ville, nous connaissons nos positions exactes et notre destination : le cœur de Central et le QG de l'armée. Tout s'est passé extrêmement vite et bientôt nous contrôlons Central et ses environs, forçant les alchimistes à fuir de leur cité. Dans cette attaque, nous avons perdus deux des nôtres. Soit, ils n'avaient qu'à être plus fort et plus résistants. Le nouveau monde dont nous rêvons nous ouvre ses portes. Un monde où nous sommes Dieux et les alchimistes ne sont rien d'autres que les ennemis de notre religion. Ils bousculent notre paix et tentent de semer le chaos dans notre dynastie. Chose inattendue, ce ne sont pas nous qui les forçons à reculer lors de cette première offensive bâclée mais le peuple. Ces humains que nous avons manipulés toutes leurs vies nous aident et nous vénèrent. Quelle ironie !

Aujourd'hui, le monde est divisé en sept provinces. J'ai pris la charge de Pugio, province pluvieuse du Novus Mundus. A présent, je règne sur cette province en tant que Dieu depuis mon somptueux palais situé à Divinalis, l'endroit le plus pluvieux de la province, là où aucun rayon du soleil ne passe ... Au sein des Sept que nous formons désormais, je suis chargé des expérimentations chimériques et tente de créer à chaque fois la chimère la plus redoutable pour notre armée. Ne vous en faite pas, je pratique ces expériences sur des volontaires, soucieux de vouloir nous protéger et d'obtenir plus de résistance. Je veille ... Aussi bien sur Divinalis que sur Hairesis, la ville où il ne pleut jamais ... Ces deux villes ainsi que leurs environs sont sous ma juridiction ...

Et je condamnerai ceux qui s'y approchent !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kamui, L'orgueil Démesurée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kamui, L'orgueil Démesurée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Orgueil et préjugés (27/11 - 19h55)
» L'orgueil précède la chute...
» Orgueil, poison de l'amitié [Guillaume]
» Orgueil: péché mortel à Arda.
» Kamui Shiro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FullMetal Alchemist RPG v.6.0 - Novus Mundus :: Hors Jeu :: — Registres des Habitants — :: Homonculus :: Validées-
Sauter vers: