FullMetal Alchemist RPG v.6.0 - Novus Mundus


 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Des blessures, un hôpital.

Aller en bas 
AuteurMessage
Kyoya Tategami
La Colère
La Colère
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 26
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Des blessures, un hôpital.   Sam 16 Oct - 17:10

Ça faisait un moment que Kyoya et Atsuaki courraient pour trouver un hôpital pour ainsi se soigner. Depuis que l'homonculus s'était transformé en tornade pour abattre le nuage de cendres de l'un des deux alchimistes, il était un peu perdu surtout que la chimère l'entraîna un peu n'importe où en chemin. Prenant des chemins complètement détruits, pénétrant même dans des maisons quelque peu en ruines. Mais au bout d'un moment de course, ils arrivèrent enfin dans un bâtiment normal. Enfin, "normal", c'était un hôpital. La colère "se réveilla" enfin lorsqu'ils entrèrent brutalement dans le bâtiment. C'est alors que les deux alliés s'arrêtèrent enfin. Kyoya resta alors silencieux, reprenant son souffle pendant quelques petites minutes, puis, il posa son regard sur Atsuaki qui semblait fatigué. En même temps, il était tailladé de partout, il était même tacheté de sang sur ses vêtements déchirés. L'homonculus se disait fortement que son allié devait être déçu. Car, lui qui voulait tant faire les boutiques, a été interrompu en plein milieu de ses essayages. Qui plus est, lui, qui portait une particulière attention à son physique, était complètement abîmé.

Alors, sans demander l'avis de la chimère, il allait directement vers des infirmières qui ne les avait pas remarqué. Dès lors, malgré son propre état physique, il hurla sur les jeunes femmes, montrant la chimère qui était blessée un tout petit peu plus loin.


Vous ! Soignez mon allié ! Et vite !

Dès lors, les jeunes femmes furent un peu secouées, ne s'attendant pas à ce qu'on leur crie dessus. C'est alors que lorsqu'elles furent de nouveau "rétablies", elles virent l'état déplorable dans lequel était les deux personnes. Reconnaissant également que ces deux personnes n'étaient pas n'importe qui.

Oh... ?! Monsieur Tategami et Monsieur Takeshima ?!

Suite à cette question stupide, l'infirmière ordonna aux autres personnes de son rang de s'occuper de la chimère, puis, elle insista pour qu'on s'occupe de l'homonculus. Ils furent alors emmener dans des salles d'examen différentes, ainsi que de deux équipes médicales différentes.
La colère laissait les médecins faire leur travail. Heureusement que ce n'étaient pas des chochottes, car oui, la totalité de la peau des bras de l'homonculus était quasiment détériorée. On voyait bien ses os. Ne comprenant pas trop comment ça s'était passé, ce fut Kyoya qui dut les avertir que sa peau se referait toute seule au bout de quelques jours, le temps que les pierres rouges fassent effet suite au pouvoir qu'il avait utilisé. Alors, les médecins se contentèrent de désinfecter les endroits sensibles comme ses bras et l'une de ses joues, ainsi que de lui mettre des bandages et des pansements. Pendant ce temps là, la chimère devait certainement se faire aussi soigner. On pouvait l'entendre de la salle d'examen où était Kyoya qui se mit à rire lorsqu'il entendit des cris de torture venant aussi bien de la chimère que du médecin...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/user/Fazychan?feature=mhum
Atsuaki Takeshima
Disciple de la Colère
Disciple de la Colère
avatar

Nombre de messages : 25
Age : 28
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: Des blessures, un hôpital.   Sam 16 Oct - 22:42

Atsuaki et Kyoya avaient tellement couru dans les rues de Central pour échapper à la tornade de feu de l'un de ces alchimistes que la chimère était complètement épuisée en entrant dans les locaux de l'hôpital. Il allait rendre l'âme s'il ne se reposait pas un minimum. Alors en entrant dans l'établissement médical, il se posa contre un mur pour reprendre son souffle. Il ne faisait absolument plus attention à ce qui se passait autour de lui. Il ne vit même pas Kyoya se rapprocher des infirmières pour leur crier dessus. Il sortit de sa léthargie seulement quand les jeunes femmes saisirent ses bras pour l'emmener dans une salle d'examen où elles l'obligèrent à se déshabiller pour enfiler une de ces horribles robes que portaient les patients... De toute manière, ses vêtements - qui n'étaient pas vraiment les siens puisqu'il ne les avait pas payé - étaient en lambeaux...

Un médecin arriva quelques instants plus tard et ausculta la chimère qui n'aimait vraiment pas qu'autant d'humains soient regroupés autour de lui... Il regardait chacune des personnes présente tour à tour et essayait de se contrôler pour ne pas s'enfuir en courant. Non, il devait être soigné donc il devait se laisser faire... Plus facile à dire qu'à faire...

Le médecin chuchota des ordres aux infirmières et celles-ci partirent immédiatement pour revenir très peu de temps après, les bras chargés de désinfectant, de pansements, de bandages, de compresses, de fil et d'aiguilles... Alors là, ça sentait mauvais ! Le médecin attrapa le matériel nécessaire et commença à travailler.


Aaaaaah ! Arrêtez ça tout de suite ! Vous me faites mal !

Il désinfectait les plaies et les recouvrait de bandages lorsqu'elles étaient peu profondes. Par contre, lorsqu'il s'agissait de blessures profondes, il fallait recoudre la peau... Et là, ça s'annonçait plus délicat. Surtout que le médecin avait apparemment l'intention de le recoudre à vif... L'aiguille pénétra à peine sa peau que ses crocs étaient déjà plantés dans le bras de l'homme qui osait le torturer.

Aïïïe ! Mais il est malade ! Attachez-le ! Qu'on puisse finir rapidement !

Mais Atsuaki ne l'entendait pas de cette oreille ! Il n'avait aucune intention de laisser son corps se faire traverser par toutes ces aiguilles. Alors il gesticula autant qu'il le put pour empêcher les infirmières de le maintenir sans bouger. Et il menaça quiconque s'approchait de lui de menaces verbales, de morsures, de griffures... Autant dire que ça allait être une partie de plaisir pour le personnel médical de s'occuper d'un tel patient.

Kyoya ! Sors moi de là !!
Revenir en haut Aller en bas
Kyoya Tategami
La Colère
La Colère
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 26
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: Des blessures, un hôpital.   Dim 17 Oct - 15:55

Etant toujours assis sur un lit d'auscultation, l'homonculus, qui dut enlever tout son haut ainsi que ses gants et son bandage qu'il a déjà en état normal, se laissait faire par les médecins qui étaient autour de lui, même si à des fois, ça pouvait faire mal, il ne fit rien, contrairement à l’énergumène de la salle d'examen d'à côté. Car en effet, au début ce n'était que des cris de torture, mais maintenant, la chimère criait à l'aide auprès de Kyoya qui lui, en entendant ça, ne put s'empêcher de sourire en imaginant la scène. Son protégé était très sauvage malgré qu'il adorait faire les boutiques et qu'il était assez moderne... Mais quand même, il pouvait se laisser faire, c'était pour son bien qu'il devait subir tout ça ! Sinon, il pouvait être gravement malade par la suite s'il ne se faisait pas soigner. La colère se permit alors de parler aux médecins qui s'occupaient de ses plaies.

Ces jeunes de nos jours... De vrais chochottes, vous ne trouvez pas ?

Y en a comme ça qui n'aiment pas les aiguilles... Une véritable phobie !

Oui... Mais à en entendre les hurlements, je crois que pour ce patient là, vos collègues auront besoin d'aides. Surtout avec Atsuaki... Ses réactions peuvent être très imprévisibles ! Et à en croire ce qu'on entend, l'un des vôtres s'est déjà fais mordre où griffer...


Les médecins qui s'occupaient de l'homonculus commençaient à avoir peur pour leurs collègues qui étaient avec la chimère agressive. Dès lors, ils se pressèrent à finir les bandages pour les bras de Kyoya ainsi que de s'occuper de la joue de ce dernier. C'est ensuite que Kyoya se releva, prenant ses habits sous le bras, n'ayant pas le temps de se rhabiller vu les hurlements qu'on entendait. Avec les médecins, ils allèrent donc dans la salle d'examen du protégé de l'homonculus. C'est là que lorsque Kyoya vit les infirmiers et les médecins essayaient d'attraper Atsuaki par tous les moyens, et que ce dernier ne se laissait pas faire, qu'il se mit à sourire, l'air un peu exaspéré. Alors, posant ses vêtements sur une chaise, enfilant juste son t-shirt déchiré, Kyoya s'adressa à la chimère.

Allez, Atsu ! Ce n'est rien, c'est pour ton bien ! Tu ne veux pas te laisser faire ? Tu souffrirais moins longtemps pourtant !

Ce n'était en aucun cas un reproche qu'il faisait, car il souriait tout en disant ça, c'était juste pour essayer de le dissuader de s'agiter dans tous les sens, mais il savait bien que ce ne serait pas une chose facile de réussir...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/user/Fazychan?feature=mhum
Atsuaki Takeshima
Disciple de la Colère
Disciple de la Colère
avatar

Nombre de messages : 25
Age : 28
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: Des blessures, un hôpital.   Dim 17 Oct - 19:28

Atsuaki avait appelé Kyoya pour qu'il le sorte d'ici, mais celui-ci n'arrivait toujours pas. Il devait sûrement être lui aussi occupé à se faire soigner par des médecins sadiques et barbares... Alors en attendant, la chimère souffrait car le médecin ayant compris qu'il ne pourrait pas le recoudre tout de suite, il se contenta de désinfecter toutes les plaies. Tout cela pour le plus grand malheur du jeune félin qui pestait et grognait comme un chat à chaque que le coton imbibé d'alcool se posait sur sa peau...

Alors quand, grâce à ses cris et à ceux de l'équipe médicale, l'homonculus entra enfin dans sa chambre, il crut que son calvaire était enfin terminé ! Mais non... Car l'immortel voulait qu'il se laisse faire ! Mais ! Mais non ! Ces barbares lui faisaient trop mal !

Mais Kyoya ! Regarde ! Il est tout content de pouvoir me piquer avec son aiguille ! C'est un sadique ce gars !

A ce moment là, le médecin voulut se défendre et pour ce faire, il montra à tous son bras où l'on pouvait bien voir les deux trous dont s'échappaient un peu de sang causés par les canines aiguisées de la chimère.

Et regardez donc ce que votre ami m'a fait ! Je comprends qu'il puisse avoir la phobie des aiguilles mais tout de même !

A peine quelques instants après qu'il ait terminé sa phrase, la porte de la chambre s'ouvrit et une infirmière entra. Mais ce n'était pas n'importe quelle infirmière... Elle était la plus corpulente de toutes et c'était pour cela qu'elle était souvent appelée lorsqu'il fallait s'occuper de patients récalcitrants... Comme Atsuaki en fait !

La jeune femme se rapprocha de la pauvre chimère et avant qu'il n'ait pu dire "ouf", elle le plaqua sur le lit - lui faisant un mal de chien au passage -, permettant aux autres infirmières de l'attacher à l'aide de sangles. Maintenant immobilisé, le médecin put enfin reprendre, ou plutôt commencer à recoudre son patient. Patient, qui tourna vivement son visage vers Kyoya et qui ne put s'empêcher de grimacer et de pousser quelques gémissements de douleur lorsque l'aiguille traversa sa peau.
Revenir en haut Aller en bas
Kyoya Tategami
La Colère
La Colère
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 26
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: Des blessures, un hôpital.   Dim 17 Oct - 22:59

L'homonculus le savait. Son protégé allait protester ! Il ne le connaissait que trop bien. La réaction de la chimère était totalement prévisible, c'est pourquoi, lorsque Atsuaki se mit à faire une réflexion sur le fait que le médecin était un sadique, il sourit de plus belle. Car, oui, c'était absolument hilarant ! Personnellement, Kyoya en avait fait des séjours à l'hôpital avant qu'il ne devienne un homonculus, et jamais, il n'avait rencontré quelqu'un qui faisait un cirque pareil rien que pour se faire recoudre. C'est vrai que c'était pas bien agréable, mais bon, ce n'était pas la mort non plus. Mais lorsqu'il voulut répondre quelque chose, il vit le médecin prouver qu'il n'était pas un sadique, et que Atsuaki l'avait mordu. On voyait clairement deux trous qui correspondant aux canines du félin. En même temps, le blessé fit une remarque comme quoi son protégé avait un comportement un peu exagéré, ce qui, à vrai dire, était tout à fait vrai. Cependant, le jeune homonculus prit le parti de son allié, le défendant verbalement.

Veuillez l'en excuser... Il est assez agressif quand quelque chose ne lui plait pas. Vous ne pourriez pas l'anesthésier ? Histoire que ce soit plus simple que ce soit pour lui mais aussi pour vous.

Alors que la colère venait tout juste de lui demander ce petit service, la porte de la salle s'ouvrit. C'était une infirmière qui était bien plus forte que les autres. C'est là que Kyoya comprit tout de suite ce qui allait se passer d'ici quelques minutes, voir secondes. Dès lors, il prononça juste un petit "bonjour" pour se montrer poli, puis, il posa l'une de ses mains sur ses yeux pour ne pas s'esclaffer de rire quand la scène suivante se passerait. Il eut juste une pensée amicale telle que "Je suis désolé, Atsu...". Mais en pleins milieu de l'action, la colère ne put s'empêcher d'écarter les doigts pour tout de même voir, c'était plus fort que lui, il fallait qu'il voie ! Il essaya alors de se contrôler pour ne pas rire, ce qui était d'ailleurs très dur, mais il réussit, il n'y avait qu'un sourire qui se dessinait sur son visage, une nouvelle fois.
Finalement, lorsque son protégé était immobilisé, il enleva réellement sa main de sa vue, regardant ainsi Atsuaki qui semblait le fixer, et gémir lorsqu'il souffrait. L'homonculus eut alors l'impression que le patient essayait de lui faire des reproches, peut-être essayait-il de lui faire culpabiliser le fait qu'il est laissé les médecins faire leur travail ? Mais ça ne marcherait pas sur l'homonculus. Il continuait juste de sourire, le regardant jusqu'au moment où il prit son bandage marron foncé et ses gants, se dirigeant vers la chimère pour se poster à côté d'elle, mais sans déranger les médecins, ne la regardant pas certes, mais remettant le bandage qu'il avait prit précédemment tout en lui parlant.


Ce n'est pas si terrible que ça, quand même, si ?

Disait-il cette fois-ci d'un air quelque peu moqueur, reposant enfin son regard sur la chimère tout en enfilant ses gants.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/user/Fazychan?feature=mhum
Atsuaki Takeshima
Disciple de la Colère
Disciple de la Colère
avatar

Nombre de messages : 25
Age : 28
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: Des blessures, un hôpital.   Lun 18 Oct - 19:38

Kyoya essayait de le défendre face au médecin sadique, et ça touchait énormément la chimère. Il retrouvait enfin la présence presque paternelle de l'homonculus. Car les paroles dites sur lui lors de leur combat contre les deux alchimistes lui étaient restées en mémoire et l'avaient blessé. En même temps, il était facile de le déstabiliser parce qu'il était plutôt sensible. Tout ce qui lui était arrivé pendant son enfance l'avait marqué et le rendait vulnérable bien qu'il ne montrait jamais ce qu'il ressentait vraiment. Alors maintenant que l'immortel s'intéressait un peu à lui, il remontait dans l'estime du plus jeune.

Eh bien oui ! Ce serait possible de l'anesthésier mais encore faudrait-il pouvoir lui faire l'injection ! Alors c'est pour ça qu'en fait c'est plus simple de le recoudre directement !

Mais voilà, l'infirmière qui venait d'entrer était loin d'être douce avec lui. Elle l'avait violemment plaquée sur le lit ! Il avait été écrasé sous son poids ! Et elle n'était vraiment pas légère... Et en plus, les sangles lui serraient tellement les poignets qu'elles en égratignaient légèrement la peau. Et Kyoya trouvait ça drôle ! Atsuaki l'avait vu ne serait-ce qu'esquisser un sourire...

Alors il n'avait plus vraiment le choix. Il allait devoir se tenir tranquille et ce, même s'il avait mal. Et l'homonculus qui lui disait que ce ne devait pas être si terrible que ça ! Eh bien qu'il prenne sa place pour voir !


Eh bien viens ! Prends ma place ! Tu verras c'est super agréable de sentir cette petite aiguille traverser ta peau !

Il tira la langue à son maître avant de prendre son air de gamin qui boude alors que le médecin était en train de recoudre une plaie sur son front.
Revenir en haut Aller en bas
Kyoya Tategami
La Colère
La Colère
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 26
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: Des blessures, un hôpital.   Lun 18 Oct - 23:06

Alors que la colère avait prit le parti de son protégé, il ne sut quoi répondre lors de la réponse du médecin. C'est vrai, il avait raison. Faire l'injection à Atsuaki serait dès plus difficile aussi, il aurait tout de même fallu l'attacher pour le contrôler. Dès lors, Kyoya ne rappliqua rien. Il n'en voyait pas l'intérêt en même temps. Après tout, il n'arriverait pas à faire changer d'avis le médecin, et qui plus est, la chimère ne se laisserait pas faire. Donc bon... Autant que l'infirmière robuste, que les médecins avaient appelé plus tôt, fasse son travail. C'est-à-dire : Immobiliser Atsuaki. C'est d'ailleurs ce qu'elle fit, et elle n'y alla pas de mains mortes, en même temps, devant un gigolo pareil, il fallait bien faire preuve de force... De toute façon, c'était simple d'être plus fort que la chimère. Après tout, ce dernier était maigre comme un clou, il n'avait rien. Pas de muscles, aucune virilité, rien. Ce n'était pas un vrai homme ! Enfin si, mais question robustesse, ce n'était certainement pas son fort ! Mais c'est vrai que l'habit ne fait pas le moine comme on dit. Peut-être que la chimère était très douée pour le bras de fer ?! Personnellement, Kyoya n'en était pas persuadé, mais bon, pourquoi pas.

C'est ensuite que la colère fit sa remarque pour se moquer de la chimère qui était si fragile. Kyoya voyait bien que Atsuaki faisait encore le guignol, mais ça le fit encore sourire, car oui, la chimère avait le don pour faire le clown. Enfin, il aimait bien exagérer pour ce qu'il faisait. Comme là, par exemple, avec le fait de se faire recoudre. Qui ferait ça ? Personne qui soit un minimum censée. Son protégé était bien hors du commun pour ça. C'était un jeune adulte bien spécial. Au moins, l'homonculus avait de très bons souvenirs avec lui. Ils s'entendaient bien et c'était bien là le principal.
Dès lors, lorsque Kyoya vit son protégé lui faire une grimace, après avoir fait sa remarque comme quoi l'homonculus pouvait prendre sa place, Kyoya s'appuya à un mur, tout près du protégé, un sourire aux lèvres.


Je sais, tu adores la sensation que te procure cette aiguille lorsqu'elle s'enfonce dans ta peau. Mais ce n'est pas la peine d'en faire tout un char ! Je te laisse la place avec plaisir.

Il venait de dire ça d'un air très ironique, juste pour l'embêter. Mais lorsque la chimère fit comme s'il boudait, l'homonculus redevint quelque peu sérieux, mais pas totalement.

Tu n'as pas le choix. Si tu ne te fais pas recoudre, tu risques d'avoir de graves problèmes. Je sais bien que tu as l'esprit d'un maso, mais quand même, il y a une limite ! Ne vaut mieux t'il pas souffrir pendant quelques minutes avec une aiguille dans la peau au lieu de souffrir atrocement pendant un bon moment et peut-être en mourir ? Certes, c'est comme tu veux, mais bon... Personnellement, je n'aimerais pas qu'il t'arrive quelque chose de ce genre.

Ce ne fut qu'au bout de sa phrase qu'il regarda ailleurs. Oui, il ne porta plus son attention sur Atsuaki comme précédemment. Cette fois-ci, il était vraiment sérieux, ça lui arrivait d'être comme ça de temps en temps.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/user/Fazychan?feature=mhum
Atsuaki Takeshima
Disciple de la Colère
Disciple de la Colère
avatar

Nombre de messages : 25
Age : 28
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: Des blessures, un hôpital.   Mar 19 Oct - 23:41

Depuis déjà un bon moment, Kyoya ne faisait que sourire en le regardant. Alors comme ça, le voir se faire torturer par ces sadiques, ces personnes qui se prenaient pour des êtres supérieurs parce qu'ils étaient médecins, était risible ? Bon, il savait qu'il en faisait trop mais c'était plus fort que lui. Il exagérait toujours tout. C'était devenu un peu sa marque de fabrique. Il aimait bien faire le pitre, amuser la galerie. Mais il devait avouer qu'il aimait être à l'origine de l'apparente bonne humeur de l'homonculus. Il était fier de lui donner le sourire car c'était une plutôt rare, car l'immortel était trop souvent sérieux et imperturbable.

Et voilà qu'il se moquait de lui. Qu'il déclarait qu'il lui laissait sa place car Atsuaki aimait sûrement la sensation d'une aiguille traversant sa peau. Alors la chimère lui adressa un grand sourire forcé.


Ben voyons ! C'est bien connu que j'adore la sensation d'être du gruyère ! Non, mais vraiment, tu devrais essayer toi aussi !

Après cela, il se mit à bouder. Car mine de rien, il n'aimait pas qu'on se moque de lui. Ca le vexait horriblement et alors il se mettait à prendre une moue d'enfant qui boude. Et apparemment l'homonculus n'aimait pas vraiment cela car il se mit à lui faire la morale, à luire qu'il ferait mieux de se laisser recoudre maintenant pour ne pas souffrir plus tard. Eh ? Mais ne serait-ce pas de l'inquiétude que l'on pouvait déceler dans la voix de l'immortel ?

Oui, je sais, tu as raison... Comme toujours... Mais dis-moi ! Tu t'inquiètes pour moi Kyoya ?

Le visage de la chimère arborait un petit sourire moqueur. C'était rare que l'homonculus s'inquiète pour quelqu'un alors autant le charrier un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Kyoya Tategami
La Colère
La Colère
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 26
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: Des blessures, un hôpital.   Jeu 21 Oct - 20:20

L'homonculus, qui venait de charrier la chimère, attendait une réponse de cette dernière qui vint aussitôt. Atsuaki semblait très ironique, avec un grand sourire forcé sur les lèvres. Dès lors, Kyoya, entendant ses paroles, garda toujours la même expression de visage que tout à l'heure, c'est à dire un léger sourire moqueur.

Non merci ! Comme je te l'ai déjà dis, je te laisse ta grande passion pour les aiguilles... Et puis, ça n'a pas l'air de te faire souffrir tant que ça. Ça ne te dérange même plus, t'as beau me parler, les médecins sont toujours en train de te recoudre !

Et oui, l'homonculus avait bien vu que la chimère ne grognait plus. A croire que sa phobie était enfin passée ! C'était à conclure que cette phobie n'existait donc pas, c'était une pure invention pour se faire remarquer. Enfin, ça ne perturbait pas la colère. Lui, il s'en fichait pas mal. Tant qu'on ne lui cherchait pas la petite bête, absolument rien pouvait le perturber. Même pas la prochaine question de son protégé, dont il l'avait prononcé d'un air moqueur. Kyoya s'était juste contenté de fermer les yeux, l'air légèrement agacé. Même s'il était imperturbable, l'homonculus détestait qu'on lui pose une question pareille, surtout en utilisant le ton que son protégé avait prit. Car oui, pour lui, ce genre de question ne devait, mais en aucun cas, être posé. Pourquoi ça ? Tout simplement car l'immortel avait de mauvais souvenirs en tête lors de conversation comme celle-ci. Alors, étant appuyé à un mur, les bras croisés, Kyoya rouvrit qu'un oeil pour regarder Atsuaki.

... Voyons, ne vas pas te mettre ce genre d'idées dans le crâne, tu risquerais de te faire du mal.

Alors que ça l'agaçait, il essaya tout de même de ne pas se montrer trop ingrat envers la chimère. Il préférait se moquer de lui à travers une réponse imprécise.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/user/Fazychan?feature=mhum
Atsuaki Takeshima
Disciple de la Colère
Disciple de la Colère
avatar

Nombre de messages : 25
Age : 28
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: Des blessures, un hôpital.   Sam 23 Oct - 19:45

L'homonculus était toujours aussi moqueur avec Atsuaki. Il ne voulait toujours pas prendre sa place. Pourtant, la chimère était pratiquement certaine qu'il adorerait cette sensation de sentir sa peau se faire transpercer par l'aiguille... Et en plus, il osait lui dire que de toute façon, il ne devait pas avoir bien mal puisqu'il continuait de parler. D'un côté, c'était vrai. Il n'avait pas si mal que ça. C'était seulement désagréable mais justement il parlait pour détourner son attention de ce que faisaient les médecins.

Je préfère les aiguilles quand c'est moi qui les plante dans la chair des autres mais bon... Je ne peux pas me recoudre moi-même ! Et je dois bien les laisser faire car toi-même tu as dit que ça allait s'infecter si je ne les laissais pas s'amuser avec leurs aiguilles !

Le jeune homme vit cependant le changement d'expression de l'immortel lorsqu'il voulut juste se moquer un peu de lui en lui annonçant qu'il s'inquiétait pour lui. Et apparemment, ça ne lui plaisait pas... Peut-être la chimère avait-elle faite une énorme boulette ? Après tout, ils avaient beau se connaître depuis pas mal d'années, l'homonculus était toujours resté muet sur son passé. Il ne lui avait jamais rien dit, comme si cette partie de sa vie n'avait jamais existé...

Ne t'inquiète pas pour ça... Je sais bien que tu n'as plus aucune émotion, alors je ne m'attacherai pas à toi plus que je ne le dois.

D'un côté, ça lui faisait un peu bizarre de dire ça. Après tout, Kyoya l'avait trouvé dans la rue et l'avait élevé comme s'ils faisaient partie de la même famille. Mais il y avait tout de même toujours cette distance entre eux... Et il ne devait pas trop s'attacher à lui. Il ne devait pas s'attacher à cette personne qu'il considérait un peu comme son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Kyoya Tategami
La Colère
La Colère
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 26
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: Des blessures, un hôpital.   Mar 26 Oct - 15:57

En fait, la chimère était une personne assez sadique. Il n'appréciait pas les aiguilles quand c'était lui qui les recevait, mais il semblait apprécier blesser les gens avec ses armes. Comme ça, on ne pourrait pas croire que Atsuaki était de ce genre là. On pourrait juste croire que c'est un androgyne sans la moindre idée blessante et sadique. Il trompait les personnes qu'il croisait. C'était un rôle qu'il jouait, c'était un très bon acteur. Mais malgré ça, Kyoya le lui faisait confiance. En même temps, ça faisait sept ans qu'ils se connaissaient, il le connaissait par coeur malgré son jeu de rôle permanent. L'immortel se mit alors à sourire aux paroles de la chimère, prenant un léger air moqueur.

Eh bien ! Tu es devenu raisonnable, dis donc Atsu !

C'est alors qu'ensuite, leur conversation agaçante continuait, et l'homonculus voyait bien que son protégé sembla un peu étrange lorsque lui-même lui avait dit de ne pas se mettre ce genre d'idées dans la tête. C'est là qu'enfin Atsuaki répondit quelque chose qu'il ne disait pas souvent en état normal. Il ne devait pas se rapprocher d'avantage de Kyoya. Au moins, la chimère ne risquerait pas d'être blessée par la colère, et c'était une bonne chose. Car oui, Kyoya pouvait se montrer assez cruel de temps en temps, et ça avec n'importe qui, même avec Atsuaki, la preuve, pendant le combat contre les deux alchimistes : L'homonculus avait osé dire des choses pas très sympathiques auprès de la chimère, et qui plus est, il l'avait laissé seul face aux deux hommes.
Enfin, lorsque la chimère avait prononcé ses paroles, un sourire se dessina sur les lèvres de l'homonculus. C'est ensuite qu'il posa l'une de ses mains sur la tête de son protégé, le décoiffant légèrement, tout en rapprochant son visage du sien pour enfin tirer la langue une fois tout près de lui.


Ne prends pas cet air dramatique quand tu dis ça ! La gaieté te va tellement mieux !

Oui, l'homonculus avait dit ça pour pas que Atsuaki continue cette mystérieuse mine, comme s'il était triste. Ca ne lui allait pas du tout, et surtout, Atsuaki ne devait pas se montrer comme ça pour une telle raison. Enfin, le jeune homonculus décala son visage vers les médecins, reprenant un air plus sérieux.

Excusez-moi mais... Avez vous bientôt finis ?

Avait-il demandé d'un air quelque peu impatient, il n'aimait pas trop les hôpitaux en fait, mais bon, si ça pouvait soigner son protégé, tant pis, il resterait avec.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/user/Fazychan?feature=mhum
Atsuaki Takeshima
Disciple de la Colère
Disciple de la Colère
avatar

Nombre de messages : 25
Age : 28
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: Des blessures, un hôpital.   Ven 29 Oct - 23:19

La chimère s'amusait assez des réactions et répliques de l'homonculus. Il trouvait toujours un moyen de se moquer gentiment de lui, de lui rappeler que se faire recoudre quelques plaies n'avait jamais tué personne et donc qu'il pouvait le supporter lui aussi. Et voilà maintenant que Kyoya était surpris qu'il arrête enfin de se plaindre face à la douleur - qui n'était certes pas insurmontable -, qu'il réagisse enfin comme un adulte et non plus comme un enfant gâté.

Eh oui ! T'as vu ça ? Je suis enfin raisonnable ! Enfin, en même temps, je n'ai pas vraiment le choix ! Si je ne les laisse pas faire, tu vas encore me faire la morale !

Par la suite, Atsuaki avait fini par capituler, déclarant que l'immortel n'avait pas à s'inquiéter car il ne se rapprocherait pas trop de lui. Car il savait bien que pour une raison obscure, la Colère était quelqu'un qui n'aimait pas être proche des autres... Alors soit, il agirait selon ses désirs. Mais la réaction du plus âgé surprit la chimère. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il se mette à sourire et à agir comme ça. Comme si, ils parlaient d'un sujet banal... Mais bon, c'était peut-être signe qu'il ne fallait pas trop s'éterniser là-dessus. Oui, c'est cela, il devait oublier cette histoire et continuer de se comporter comme d'habitude.

Hey ! Mais, me décoiffe pas ! Déjà que j'ai eu droit à cette horrible tenue d'hôpital alors si en plus tu t'y mets toi aussi !

Voilà, avec ça, il allait faire oublier le sujet qui fâche et ramener un peu plus de gaieté. Il lui tira lui aussi la langue et expulsa les mains de l'immortel de sa tête avant de se recoiffer soigneusement avec ses doigts. C'est à ce moment là que le médecin se redressa, les doigts tâchés de sang et de désinfectant jaunâtre.

Voilà ! C'est terminé ! Je vais vous demander de patienter encore un moment pendant que nous remplissons quelques formulaires !

Sans un mot de plus, il sortit de la pièce en compagnie de toute l'équipe médicale.
Revenir en haut Aller en bas
Kyoya Tategami
La Colère
La Colère
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 26
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: Des blessures, un hôpital.   Dim 31 Oct - 21:20

L'homonculus était dès plus tranquille. Regardant juste la chimère qui semblait le lui faire un léger reproche sur le fait qu'il le lui aurait fait la morale s'il ne se laisserait pas recoudre par les médecins. Hm, c'est vrai que la colère pouvait se montrer dès plus raisonnable, en même temps malgré qu'il avait souvent des réactions enfantines à s'énerver pour un rien, il en avait vu des choses dans sa vie. Il ne pouvait donc qu'avoir un maximum de "sagesse". Alors, qu'il fasse la morale comme ça à son protégé, c'était tout à fait normal. Enfin, si ce serait pour une raison dès plus futile, il ne le ferait pas, mais là c'était différent. Après tout, les blessures de la chimère pouvaient s'infecter, ça pouvait devenir dangereux ! Mais malgré tout, Atsuaki ne semblait pas réaliser la même chose que lui. Ça se remarquait à sa dernière réflexion : "Si je ne les laisse pas faire, tu vas encore me faire la morale !". En fait, si Kyoya ne serait pas été là, la chimère n'aurait jamais été à l'hôpital pour se faire soigner, enfin, si l'homonculus aux cheveux verts n'était pas là, Atsuaki ne serait pas été blessé ! ... Mais aussi, il ne serait certainement pas en vie à l'heure actuelle puisqu'il avait été sauvé par la colère. Dès lors, lorsque la chimère avait finit sa remarque, l'homonculus ferma les yeux pour prononcer quelques mots en l'espace d'un soupir :

En même temps, il faut bien que l'un de nous deux soit réaliste... !

C'est ensuite que la colère avait eu une réaction dès plus enfantine pour éviter le sujet qui fâche. Il avait posé l'une de ses mains sur le crâne chevelu de son protégé pour le décoiffer, tout en rapprochant son visage du sien pour lui tirer la langue. C'est alors qu'il sourit d'avantage lorsqu'il entendit les paroles de la chimère. Il ne fallait pas le décoiffer ! Et en plus, il avait du mettre une "horrible tenue d'hôpital" d'après ses termes exacts. Il devait préférer les vêtements du magasin qu'il avait essayés sur place mais qui maintenant étaient en lambeau. L'homonculus du alors enlever sa main de sur la tête de son protégé lorsque celui-ci venait de l'expulser après le lui faire la même grimace que lui-même le lui avait fait. Dès lors, Kyoya se redressa puis se frotta l'extrémité de l'oeil gauche tout en parlant avec la chimère, se moquant encore de lui.

Moh... ?! Tu préfères tes vêtements déchiquetés du magasin ?

L'homonculus savait parfaitement que la chimère aimait les vêtements intacts, c'est pour cela qu'il le lui fit cette remarque, car malgré qu'ils étaient toujours ensembles, ils étaient deux personnes tout à fait différentes. C'étaient deux opposés. Atsuaki était un spécialiste de l’apparence physique, il ne supportait pas qu'il y ait un défaut sur son magnifique visage ! Alors que Kyoya, lui, il s'en fichait pas mal, il avait deux cicatrices pas très jolies sur son visage, mais aussi, il avait toujours des vêtements déchirés. Il ne prenait soin de rien. On pouvait même se demander comment ça se faisait que les deux alliés pouvaient s'entendre.
Enfin, le médecin se leva, ayant l'air d'avoir finit de recoudre la chimère. C'est alors qu'il s'éclaira, affirmant qu'il avait bel et bien finit, mais les deux personnes devaient rester encore un peu ici. Soit. Qu'il en soit ainsi. Ils resteraient alors là encore un peu. L'homonculus se contenta de regarder l'équipe médical partir de la salle d'examen, ne prononçant pas un mot.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/user/Fazychan?feature=mhum
Atsuaki Takeshima
Disciple de la Colère
Disciple de la Colère
avatar

Nombre de messages : 25
Age : 28
Date d'inscription : 30/08/2010

MessageSujet: Re: Des blessures, un hôpital.   Mer 3 Nov - 20:30

Genre ! L'homonculus osait lui dire que lui était réaliste, sous-entendant au passage que la chimère ne l'était pas ! Mais comment pouvait-il dire de telles choses ?!... Bon d'accord, Kyoya agissait plus comme un adulte, il avait plus le sens des responsabilités que lui mais ce n'est pas pour autant qu'il n'était pas réaliste ! D'ailleurs, il pensait qu'être venu à l'hôpital était exagéré ! Ses blessures n'était pas si importantes que ça ! Il n'avait qu'à désinfecter ses plaies et se reposer, et le tour était joué ! Mais l'immortel avait décidé qu'ils iraient à l'hôpital, alors ils y sont allés ! Mais c'était simplement pour lui faire plaisir car la chimère n'en ressentait pas le besoin.

Pff ! Ce n'est pas comme si tu avais toujours raison non plus...

Ah ! Mais c'est qu'il se moquait encore de lui en plus ! Il se moquait de lui parce que ses vêtements - qu'il n'avait même pas payé d'ailleurs - étaient tous déchirés... Il est vrai que la tenue d'hôpital était horrible mais au moins, elle était en un seul morceau, elle... Et puis, c'était sans doute mieux ainsi. Atsuaki attachait bien trop d'importance à son apparence pour encore porter ces vêtements. D'ailleurs, il n'oserait sûrement pas sortir pendant plusieurs jours, le temps qu'il n'ait plus aucun points de suture, plus aucunes vilaines cicatrices ! Qu'il retrouve enfin son joli visage, c'est tout ce qu'il souhaitait !

Bien sûr que non ! Mais je vais bien être obligé de les remettre pour sortir d'ici, puisque mes vêtements d'origine sont sûrement sous les décombres de la boutique...

La chimère regarda en silence toutes ces personnes quitter la pièce. Ils avaient dit qu'ils allaient revenir pour lui donner l'autorisation de sortir. Et ils avaient intérêt à le faire car il n'était pas question qu'il reste ici pendant plusieurs jours ! Il voulait sortir de cet endroit le plus rapidement possible !
Revenir en haut Aller en bas
Kyoya Tategami
La Colère
La Colère
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 26
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: Des blessures, un hôpital.   Ven 12 Nov - 2:24

L'homonculus sembla être sceptique l'espace juste d'un instant. En effet, la chimère venait de lui dire qu'il n'avait pas toujours raison. Hm... Avoir tort où raison... Pour lui, il avait toujours raison, où du moins, la plupart du temps. Cependant, à en croire les paroles de la chimère, son opinion s'avérait être faux. Pour un disciple, il avait un culot monstre de dire ça à ce qu'il appelait son "Maître", mais bon, Kyoya s'en fichait. Il n'allait pas broncher pour si peu, après tout, il avait un minimum de calme malgré son péché auquel il succombait pour des broutilles. Enfin, finalement, le jeune homonculus regarda son protégé, pinçant le bout de son nez.

Tu ne vas pas me dire que c'était une mauvaise idée de venir ici pour tes blessures, quand même... ?!

Disait-il d'un air tout à fait imprévisible, le regard vide posé sur la chimère, mais pourtant d'une voix assez sympathique. C'est alors qu'ensuite, suite à sa réflexion sur l'ancienne tenue de la chimère, cette dernière se mit à broncher. Pour lui, ça devait être une torture de porter des vêtements d'hôpital, mais en plus de ça, en sortant de ce bâtiment, il devrait remettre ses vêtements qui étaient en lambeau ! Ça devait être certainement pire que la mort. En plus, une fois dehors, la chimère aurait certainement froid vu ses habits. Kyoya commença alors à penser que son protégé voudrait aller refaire les boutiques pour avoir des vêtements des plus intacts, parce que bon, ils devaient aller à Frigus, et le problème, c'était bien les nouveaux vêtements de Atsuaki, surtout qu'avant leur attaque, il était déjà dans les magasins. Alors, l'homonculus reprit un air plus sérieux, regardant fixement la chimère.

Oui, c'est vrai... Ils doivent certainement être brûlés aussi.

Commença-t-il avant de marquer une pause pour se diriger vers une chaise près de l'entrée de la pièce où il avait déposé son gilet. Dès lors, Kyoya prit son vêtement pour ainsi se vêtir avec, continuant de discuter avec son protégé.

Au fait, que veux-tu qu'on fasse à la sortie de l'hôpital... ? Tu veux te racheter des vêtements ?

Demandait-il à Atsuaki, sans se préoccuper à dans combien de temps les médecins reviendraient.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.youtube.com/user/Fazychan?feature=mhum
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des blessures, un hôpital.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des blessures, un hôpital.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nouvelle table des blessures pour les héros
» Hôpital de l'Universite d'Etat d'Haiti : état des lieux
» Un premier Scanner à l'hôpital Bernard Mevs
» 1x03 : "Soigner ses blessures"
» Hôpital de Caen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FullMetal Alchemist RPG v.6.0 - Novus Mundus :: RolePlay — Bienvenue dans le Novus Mundus :: —Central — :: Au Coeur de la Ville :: Les Avenues-
Sauter vers: